PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Tout ce qui ne trouve pas sa place ailleurs sur le forum mais qui a rapport avec le PV, l'énergie, le dev durable, ....


Gratuit et sans engagement
http://www.bdpv.fr/fr/verifDevis.php


alexi92
Professionnel PV
Professionnel PV
Messages : 3136
Enregistré le : 04 août 2010 17:50
Departement/Region : 92

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar alexi92 » 03 août 2017 10:29

Bonjour

petite question: combien pourrait rapporter un EPR comme celui de Flamanville ?? enfin le jour ou il sera prêt !!

Bien entendu, pour les spécialistes des chiffres, il faudra retirer le coût de construction, les charges et l'entretien annuel... :lol:

Bons calculs sous la canicule... :sun: :sun:

CDLT

B.T

trebosc
Fondateur GPPEP
Fondateur GPPEP
Messages : 4077
Enregistré le : 23 juil. 2007 01:00
BDPV : trebosc
Departement/Region : 31
Professionnel PV : Non
Localisation : 31 - Midi-Pyrénées
Contact :

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar trebosc » 03 août 2017 13:11

alexi92 a écrit :Bien entendu, pour les spécialistes des chiffres, il faudra retirer le coût de construction, les charges et l'entretien annuel... :lol:

Est-ce qu'il faut prendre en compte le coût de traitement des déchets ?
Celui du stockage en profondeur pendant 2000 ans ?
Celui d'une vraie assurance en cas d'accident ?
Celui d'un potentiel problème qui raserait la moitié de la bretagne ?
Image Président d'ASSO BDPV - Association de promotion du Photovoltaïque
Image Créateur de BDPV et Image du Forum Photovoltaïque.

Image Membre du GPPEP

mariro
BDPV
BDPV
Messages : 3062
Enregistré le : 10 août 2010 10:53
BDPV : mariro
Departement/Region : 35
Professionnel PV : Non
Localisation : Ille et Vilaine - Bretagne

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar mariro » 03 août 2017 14:40

trebosc a écrit :Celui d'un potentiel problème qui raserait la moitié de la bretagne ?

Impossible... l'EPR est en Normandie... et en France, les pb s'arrêtent aux frontières (mêmes intérieures)....
Ouf... à quelques kms près, j'y passais :lol:

alexi92
Professionnel PV
Professionnel PV
Messages : 3136
Enregistré le : 04 août 2010 17:50
Departement/Region : 92

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar alexi92 » 03 août 2017 16:31

N'oubliez jamais le vent...le vent du Nord... :lol: :lol: :lol:

CDLT

B.T

alexi92
Professionnel PV
Professionnel PV
Messages : 3136
Enregistré le : 04 août 2010 17:50
Departement/Region : 92

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar alexi92 » 11 août 2017 17:03

Pas un seul calcul de touriste ?

y a bien des personnes de chez EDF qui viennent sur le forum... :?: :?:

CDLT

B.T

alexi92
Professionnel PV
Professionnel PV
Messages : 3136
Enregistré le : 04 août 2010 17:50
Departement/Region : 92

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar alexi92 » 19 sept. 2017 19:45

Bonsoir

çà commence à bouger en lisant entre les lignes:

Dans quelle mesure les nouvelles centrales nucléaires peuvent-elles être compétitives ? EDF est en train de changer de discours sur le sujet. Sans le clamer officiellement, les dirigeants de l’entreprise estiment dorénavant difficile, voire impossible, que les futurs réacteurs nucléaires produisent des électrons à un coût plus faible que les nouvelles centrales éoliennes ou solaires. Ce qui n’empêche pas le groupe de défendre toujours bec et ongles l’intérêt d’investir dans le nucléaire, en particulier dans l’EPR, son nouveau modèle.
Pendant longtemps, l’entreprise publique, chef de file français de la filière atomique, affirmait que le nucléaire était et resterait durablement l’énergie la moins coûteuse. En janvier, Xavier Ursat, patron du nouveau nucléaire chez EDF, ­répétait encore ce mantra. Selon lui, l’« EPR nouveau modèle » en préparation chez EDF et Areva, optimisé par rapport aux réacteurs en chantier en Chine, en Finlande et à Flamanville (Manche), avait en la matière un objectif précis : « Qu’il coûte moins cher en euros par kilowattheure que la moins chère des énergies renouvelables installée au même ­endroit à cette époque-là. »
Revenant sur le sujet mardi 19 septembre à l’occasion d’une rencontre avec la presse, M. Ursat a refusé de répéter cette formule, et mis en avant un autre objectif, moins ambitieux. Le nouvel EPR, a-t-il expliqué, doit être « compétitif par rapport aux énergies fossiles », comme le charbon ou surtout le gaz. L’idée de produire une électricité meilleur marché que les énergies renouvelables a clairement disparu.

Changement de discours
Le groupe EDF a-t-il renoncé à ce que ses futures centrales nucléaires soient compétitives par rapport à l’ensemble des énergies possibles ? Interrogé, le PDG, Jean-Bernard Lévy, s’est refusé mardi à prononcer le mot « renoncer » ou « abandonner ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... kph3EWT.99

ManuTaden
Messages : 144
Enregistré le : 16 déc. 2014 12:49
Departement/Region : 22
Professionnel PV : non

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar ManuTaden » 19 sept. 2017 23:12

alexi92 a écrit :Bonsoir
« Qu’il coûte moins cher en euros par kilowattheure que la moins chère des énergies renouvelables installée au même ­endroit à cette époque-là. »
Revenant sur le sujet mardi 19 septembre à l’occasion d’une rencontre avec la presse, M. Ursat a refusé de répéter cette formule, et mis en avant un autre objectif, moins ambitieux. Le nouvel EPR, a-t-il expliqué, doit être « compétitif par rapport aux énergies fossiles », comme le charbon ou surtout le gaz. L’idée de produire une électricité meilleur marché que les énergies renouvelables a clairement disparu.

Il y a un truc qui m'échappe : le discours d'EDF était de dire que le nucléiare était le moins cher ... alors pourquoi dans le cadre des EPR anglais le tarif de vente de l'électricité est deux fois celui des appels d'offre solaire de la même époque ?

Il y a vraiment une déconnexion totale des politiques, qui "prennent" des décisions, avec la vie réelle.

Bonne nuit
@+

alexi92
Professionnel PV
Professionnel PV
Messages : 3136
Enregistré le : 04 août 2010 17:50
Departement/Region : 92

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar alexi92 » 20 sept. 2017 06:20

Bonjour

chacun possède une calculatrice différente de l'autre... :lol: :lol:

CDLT

B.T

alexi92
Professionnel PV
Professionnel PV
Messages : 3136
Enregistré le : 04 août 2010 17:50
Departement/Region : 92

Re: PRIX D'UN EPR FRANCAIS

Messagepar alexi92 » 22 nov. 2017 12:53

English EPR, what else:

Les critiques continuent de pleuvoir, au Royaume-Uni, à propos de la construction par EDF de la centrale nucléaire d’Hinkley Point, dans l’ouest de l’Angleterre. Mercredi 22 novembre, un rapport parlementaire au vitriol a dénoncé le coût trop élevé du projet pour les consommateurs d’électricité et la détermination « aveugle » du gouvernement britannique à donner son assentiment au chantier.
La centrale, qui doit être opérationnelle en 2025, a, depuis septembre 2016, toutes les autorisations nécessaires. Plus de 2 000 ouvriers travaillent actuellement à sa construction. Mais le comité parlementaire chargé des comptes publics a décidé de se replonger dans le dossier à la suite d’un rapport très critique émis en juin par le National Audit Office, l’équivalent britannique de la Cour des comptes.

Contrat hors norme
La principale inquiétude des parlementaires concerne le coût du projet pour les consommateurs. Au départ, ceux-ci ne paieront rien. L’ensemble des risques de construction est pris par les investisseurs, en l’occurrence EDF et son partenaire chinois, China General Nuclear Power Corporation (CGN), qui assure le tiers du financement. La facture est actuellement chiffrée à 19,6 milliards de livres (22 milliards d’euros). En cas de dépassements ou de retard, l’Etat britannique n’apportera pas un sou. Les constructeurs devront régler l’ardoise eux-mêmes.
Mais, en échange, le gouvernement britannique a accepté de signer un contrat hors norme : il a garanti pendant trente-cinq ans un prix de l’électricité d’Hinkley Point de 92,5 livres du mégawattheure, le double du prix de gros actuel. Si, au moment de la mise en fonctionnement de la centrale, le prix de gros demeure inférieur, les consommateurs britanniques devront payer la différence. Toute la question est de savoir à combien celle-ci se chiffrera.
Quand le gouvernement britannique a signé le contrat initial, en 2013, le baril de pétrole dépassait les 100 dollars et tous les experts prévoyaient une envolée des prix de l’électricité. Aujourd’hui, la conjoncture énergétique a radicalement changé et les projections de prix ont été revues à la baisse.
La facture que les Britanniques vont devoir régler s’est donc envolée, passant d’une estimation de 6 milliards de livres à une autre de 30 milliards de livres, selon les calculs du gouvernement britannique. « Une multiplication par cinq », s’étrangle le rapport parlementaire, qui estime que « personne dans cet accord ne protégeait l’intérêt des consommateurs ». Pendant les premières années, cela devrait représenter de 10 à 15 livres (11 à 17 euros) par an et par foyer.

Erreurs stratégiques
« Ceux qui paient leurs factures se font avoir », assène Meg Hillier, la présidente du comité parlementaire. « Sa détermination [au gouvernement] aveugle à accepter l’accord sur Hinkley, alors même que les circonstances ont changé, implique que, au cours des années à venir, les consommateurs d’énergie vont faire face à un coût de nombreuses fois plus élevé que son estimation initiale. Le gouvernement a commis des erreurs stratégiques. »
Le comité parlementaire reproche au gouvernement de n’avoir pas renégocié le contrat avant le feu vert final, en octobre 2016. « Etant donné qu’EDF et CGN sont toutes les deux des entreprises d’Etat, elles auraient peut-être accepté un rendement inférieur aux 9 % qu’elles ont prévu pour Hinkley Point. »
Mais une remise à plat du contrat aurait risqué de tout faire capoter. Le projet avait provoqué une crise interne à EDF, y compris la démission fracassante du directeur financier, qui estimait la facture excessive par rapport à l’endettement déjà énorme de l’électricien français. Le conseil d’administration avait approuvé le chantier de justesse.
Plus intéressant, les parlementaires s’en prennent à la façon dont le financement du chantier est monté. En refusant de partager le risque de construction, le gouvernement britannique a poussé EDF à exiger un contrat particulièrement généreux en échange. « Des modèles de financement alternatifs, incluant le partage des risques plus tôt, auraient pu réduire sensiblement les coûts », estiment les parlementaires.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/ ... 7mWod21.99

Tout va bien pour une fois... :mrgreen: ce sont les anglais qui vont se faire avoir... :roll: puis payer les additions

CDLT

B.T


Retourner vers « Divers PV »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré